Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  Cagliostro le Mer 19 Juin - 10:38

Bonjour à tous,

J'ouvre ce nouveau post pour débattre de la différence de perception acoustique entre la musique live (concerts intérieurs en salle ou extérieurs, classique, pop, rock jazz etc...) et la retranscription musicale enregistrée à l'aide de nos systèmes domestiques (mais pas toujours domestiqués Very Happy Very Happy ) vinyles, CD's ou musique dématérialisée.

Je pense que c'est un sujet qui nous intéresse tous car nous souhaitons tous, plus ou moins, nous rapprocher de ce que nous entendons au concert.
Nous avons tous, à ce sujet, des expériences différentes selon que nous soyons musicien ou pas et que nous fréquentions plus ou moins souvent les salles de concert et les spectacles extérieurs.

Nous avons tous, à un moment ou un autre ressenti des frustrations en concert (mauvais placement, salle à l'acoustique médiocre) ou chez soi en écoutant sa chaîne (manque ou proéminance de graves ou d'aigus, résonnances de caisse, son voilé, manque de précision, bouillie sonore).

Je vais essayer de donner quelques précisions à ce propos en partant des bases de la diffusion des ondes sonores et en expliquant la démarche qui a été la mienne pour constituer un système et l'améliorer, tout en essayant de rester le plus rationnel possible et en évitant de se laisser bercer par les propos des gourous en tout genre nous vantant les mérites de tel ou tel accessoire en platine, en or massif ou en bois flotté ayant la forme d'une divinité celte ou dérivé du feng shui.

Je vous demanderais un peu d'indulgence sur le temps d'écriture, car j'essaierai d'enrichir le texte au fur et à mesure de mon temps disponible.
Je vous invite tous à me faire part de vos expériences pesonnelles et vos critiques pour lancer le débat.

Musicalement vôtre, Claude

_________________
Musicalement vôtre, Claude
Cagliostro
Cagliostro
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 68
Date d'inscription : 17/05/2019
Age : 62
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Mer 19 Juin - 11:15

Bonjour Claude !

EXCELLENTE INITIATIVE ! Le sujet nous concerne TOUS.
Et nous n'avons pas tous forcément les mêmes objectifs, c a d ne poursuivons pas tous le même "idéal sonore".

Je crois qu'il faut commencer par ça: Quel "son" est celui duquel vous voulez vous rapprocher le plus, avec votre système HiFi?

Pour ma part, j'ai joué longtemps dans un groupe Brésilien, je connais donc assez bien le son de mon piano, le son de la batterie et des percus en direct,(et aussi le son du "surdo"), le son des guitares acoustiques ou électriques,  la voix des chanteuses et des chanteurs, le son de la flute et du sax à proximité..

Il faut que mon système soit capable de me donner l'"illusion" que j'entends le son "vrai", "réel", "live"(vivant).
Si j'écoute du Jazz,(ou du brésilien bien sur) il faut que j'aie l'impression d'entendre le groupe de jazz comme si j'étais dans le club de jazz, au premier rang.En fermant les yeux, il me faut les nuances, les pêches , et HELAS il faut que les diverses distorsions (surtout la DI) soient suffisamment FAIBLES dans l'histoire pour qu'elles ne me "cassent pas la baraque " (mon illusion)

Pour ce qui concerne les concerts classiques, je suis moins compétent,.. on écoute presque toujours "de loin" l'orchestre ou le soliste au piano, , on n'a pas la chance d'être à la place du chef d'orchestre! Le son qu'on entend en vrai est soyeux, en général davantage qu'au travers du système, il n'est pas fatigant même sur les forté,, mais il est rarement aussi proche que lorsqu'on est dans un club avec un groupe jouant devant soi, et on doit bien s'en contenter, en s'axant sur l'interprétation..pour laquelle je suis difficile -si ça me plait- (exemple: Pour moi personne n'a égalé José Iturbi pour l'impromptu N°1 de Chopin, j'en ai écouté au moins 50 autres)

En résumé, j'agis toujours dans le but d'approcher le son vrai et l'ambiance spatiale de la scène sonore profonde et bien discernable en largeur où chacun est a une place déterminée et on ne confond pas les emplacements !D'où mon caractère toujours prêt a essayer quelque choses, une disposition différente, si ça peut me donner encore un petit progrès dans mon trip perfectionniste... je n'ai aucun goût pour les sons factices genre "son JBL californien"(Toto, ou Rock & Harley- Davidson's..) , ou alors "typés" et forcément colorés avec un espace sonore très mal reproduit, comme ce qu'on entend avec  les gros systèmes HR à pavillons, qui, potentiellement impressionnants, ne traduisent pas de façon réelle un petit violon solo de Jasha Heifetz qui crée le miracle émotionnel dans son petit coin.
A ce sujet il m'est arrivé dans le passé, d'écouter des systèmes à pas de prix, où le "petit violon" faisait deux mètres de large, ou bien où la voix de la chanteuse faisait presque 1 mètre de large au milieu, alors que dans le réel elle est très focalisée en un point précis.

Alors vous me direz, quelles sont tes priorités? Eh bien les principales sont 3:
1 L'espace , la profondeur, le positionnement dans l'espace largeur/profondeur des voix et instruments pour moi: ESSENTIEL, PRIORITE.
2 La dynamique.;il faut qu'elle soit explosive sur les Forté (ou sur les pêches en Jazz), pour nous faire sauter de la chaise..
3 Hélàs, le plus dur: il faut arriver tant bien que mal à réduire le plus possible toutes les distorsions diverses de non linéarité, pics parasites de DI, sonorités dures , sibilances anormales ou consonnes bizzares et ccchhh chuitant comme des oeufs au plat dans l'huile chaude, de façon que ces artefacts gênants ne viennent pas casser l'illusion en nous rappelant notre pauvre condition de bricoleur devant sa chaine comme un chien devant sa cotelette.

Voilà, pour l'instant je pense que j'ai lancé le débat, avec un poil de provoc pour réveiller l'eau qui dort ( bounce Very Happy )

Cordialement à vous tous Jean Claude
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  Cagliostro le Mer 19 Juin - 11:18

1. Propagation des ondes sonores

La propagation des ondes sonores provient de la mise en vibration des molécules d'azote et d'oxygène qui constituent l'air. L'air étant un fluide compressible il subit une suite de phénomènes de compressions et détentes qui engendre cette onde acoustique. L'air peut être mis en vibration par un objet plus ou moins solide (gong métallique frappé à l'aide d'un marteau, peau de tambour, corde qui vibre, air insufflé dans un tuyau etc...)
Cette vibration se transmet comme une onde qui a ses caractéristiques propres (vitesse, fréquence ou longueur d'onde, amplitude).
L'intensité de l'onde sonore diminue lorsqu'on s’éloigne de la source, ce qui est dû à l'augmentation de la surface du front d'ondes d'une part et le frottement des molécules entre-elles qui se dissipe sous forme de chaleur.
La vitesse de déplacement de cette onde sonore est de 340m/s, ce qui fait que le même son selon qu'on se trouve à proximité immédiate de la source ou à par exemple 170 m de distance nous parvient avec 1/2 seconde de décalage.



C'est imperceptible dans une petite salle de concert cela peut devenir gênant dans un stade de foot.
On peut faire l'analogie entre un rayon lumineux et une onde sonore qui peut se réfléchir sur les surfaces environnantes. Lorsque l'onde sonore subit plusieurs réflexions successives on parle de réverbération.
Une partie de l'énergie sonore est également absorbée par les obstacles, les fréquences aiguës étant plus facilement atténuées que les basses fréquences. Un matériau mou sera plus absorbant qu'un matériau dur qui sera lui réfléchissant.



Le son que nous percevons lorsque nous sommes dans une salle de concert est donc constitué d'ondes sonores directes (émises par le groupe de musiciens) et d'ondes sonores réfléchies par les obstacles environnants (murs, fauteuils vides etc...).
Lorsque la salle est très grande les ondes sonores réfléchies peuvent être perçues avec un décalage temporel important qui fait que nous entendons en même temps des ondes sonores directes émises presque immédiatement et des ondes sonores émises quelques fractions de secondes plus tôt. Ces ondes se mélangent pour ne constituer qu'un seul champ de pression, ce qui brouille le message sonore.
On peut donc comprendre aisément que selon que l'on soit en extérieur (pas d'ondes réfléchies sauf si l'on joue devant un mur ou une estrade avec un fond) ou en intérieur le message musical sera sensiblement différent. Selon qu'on écoute une formation orchestrale classique qui n'utilise pas de système de reproduction autre que leurs instruments (ondes acoustiques émises dans les 3 dimensions de l'espace : ondes directes émises vers l'avant, ondes latérales émises vers les côtés, ondes émises vers le fond, ondes émises vers le haut) ou un groupe de rock qui utilise un système d'amplification avec une table de mixage branchés sur des enceintes frontales (ondes directes émises vers l'avant par les enceintes avec davantage d'amplitude que les ondes émises dans les autres directions) la perception sonore sera différente.

2. Écoute en live

Pour l'écoute en live nous allons considérer plusieurs cas :
- l'écoute en intérieur d'instruments non amplifiés (piano, cordes, instruments à vent),
- l'écoute en intérieur d'instruments amplifiés (synthétiseur, guitare électrique etc...),
- l'écoute en extérieur d'instruments non amplifiés,
- l'écoute en extérieur d'instruments amplifiés,

2.1. Écoute en intérieur d'instruments non amplifiés

C'est le cas le plus fréquent de ce que devrait reproduire un bon système audio.
En effet les sons que produisent les instruments n'est pas déformé par un système de reproduction intermédiaire (amplification, pupitre de mixage) qui dans 99% des cas ne correspond pas non plus aux électroniques qui ont servi à l'enregistrement des mêmes partitions sur un disque.
Dans une salle avec une bonne acoustique (opéra, auditorium, certaines églises), la musique s'exprime naturellement avec un maximum d'ondes sonores directes et avec quelquefois un traitement acoustique (sur lequel on reviendra plus tard) adapté.
Dans l'opéra de Lyon que je connais un peu, pour peu que l'on soit bien placé l'acoustique est très bonne avec cette sensation d'espace que prend la musique en largeur, en hauteur et en profondeur.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Opéra de Lyon

Dans la Halle Tony Garnier, toujours à Lyon, à l'acoustique calamiteuse, les ondes acoustiques réfléchies sont si nombreuses que le mixage n'arrive pas à corriger les défauts de la salle.
Dans les petites églises à proximité de chez moi l'acoustique est souvent assez bonne avec toujours un peu de réverbération mais qui n'est finalement pas si gênante dans ce cas. Des groupes de musique baroque se produisent assez souvent dans ce type d'église. Si vous êtes placés entre le 5ème et le 10ème rang au bord du couloir central la perception sonore est parfaite.
Festival de musique baroque à Ambronnay à proximité de chez moi : l'acoustique de l'Abbaye est parfaitement adaptée avec juste ce qu'il faut de réverbération.
C'est finalement ce qu'on aimerait retrouver chez soi confortablement assis dans son canapé au lieu d'une chaise inconfortable qui vous meurtrit les fesses au bout d'une demi-heure.
Dans la salle du théâtre du Casino d'Aix les Bains, que je connais un peu également et où l'orchestre est dans la fosse devant la scène, la musique peut s'exprimer, mais manque de profondeur, contrairement aux partitions vocales qui ne souffrent pratiquement d'aucun défaut.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Théâtre du Casino d'Aix les Bains

Dans les salles des fêtes de la plupart des petites villes et villages qui deviennent les lieux de reproduction musicale l'espace de quelques jours dans l'année, l'acoustique est souvent très mauvaise.
J'ai en mémoire une soirée d'un concert donnée par les musiciens du Louvre (de Grenoble) à côté de chez moi et qui devait se dérouler dans la petite église du village en hiver.... Faute de pouvoir chauffer l'église le concert s'est déroulé dans la salle des fêtes (plafond bas, murs réfléchissants). Résultat : fréquences graves proéminentes, sons mélangés, un peu comme si les musiciens jouaient sous une cloche.

2.2. Écoute en intérieur d'instruments amplifiés

Nous sommes dans le cas de figure d'un chanteur ou d'une formation de jazz ou de rock ou autre qui se produit dans une salle à l'acoustique corrigée ou pas mais ou la musique est reproduite à travers un système d'amplification et une console de mixage.
Le problème est un peu le même que précédemment. Lorsque l'acoustique de la salle est correcte tout va pour le mieux, si la personne devant la console de mixage connait son travail.
Lorsque l'acoustique n'est pas adaptée cela peut être pire que précédemment en particulier lorsque c'est une musique avec beaucoup de sons graves
Nous sommes allés écouter récemment Roch Voisine (mon épouse est une fan, je dois dire que j'aime bien les deux disques Américana et Américana ll pour lesquels les arrangements musicaux sont particulièrement léchés  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy  Very Happy) à la Bourse du Travail de Lyon pour laquelle l'acoustique est très correcte et où la personne devant la table de mixage connaissait apparemment son travail.
A contrario, il y a quelques semaines nous avons assisté à une petite fête musicale, dans une salle des fêtes à proximité de chez nous : en première partie un duo de jazz composé d'un contrebassiste et d'un saxophoniste chanteurs, en seconde partie un groupe de rock, clavier, 3 guitares, chanteur et chanteuse. Résultat : une bouillie infâme où les graves étaient en avant et où on ne comprenait pas les paroles.

2.3. Écoute en extérieur d'instruments non amplifiés

En concert, ce type de musique est souvent reproduit dans des lieux dédiés tels que le théâtre antique d'Orange à l'acoustique remarquable ou les arènes de Vienne que nous connaissons bien (si vous y allez pour la première fois ne faites pas comme moi et n'oubliez surtout pas votre coussin, vous risqueriez de le regretter), ou encore dans des cours intérieures de châteaux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Théâtre antique d'Orange

Souvent ce type de théâtre est construit en arc de cercle avec un fronton dorsal qui mélange judicieusement les sons directs et les sons réfléchis.
Dans la plupart des cas l'acoustique est excellente.
Nous allons, comme tous les ans, écouter un concert de musique baroque au château du Cingle à proximité de chez nous et qui se déroule dans la cour intérieure du château. C'est une petite cour d'environ 500m² avec un mur dorsal derrière l'estrade et deux murs latéraux. les instruments s'expriment pleinement et le niveau de détails est remarquable.

2.3. Écoute en extérieur d'instruments amplifiés

De même que précédemment, la musique est quelquefois reproduite dans des lieux dédiés, mais également dans des stades ou encore sur des places de villes ou villages (fête de la musique).
Lorsque l'endroit est adapté et que la personne derrière la console de mixage fait son boulot correctement tout se passe bien.
Hanz Zimmer aux arênes de Vienne, l'an dernier: la musique est impressionnante même si il est impossible d'avoir une référence exacte.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Arènes de Vienne

Lorsque l'endroit n'est pas forcément adapté (place de village ou de ville) ça ne se passe généralement pas trop mal lorsque le mixage est bien réalisé. On a dans ce cas un maximum d'ondes acoustiques directes si il n'y a pas d'obstacle à proximité ce qui favorise l'intelligibilité du message sonore.
Petits groupes musicaux lors de la fête de la musique à divers endroits (quelques obstables solides constitués par les immeubles).
Michael Jones à la fête de la musique au village Creys Mépieu sur le stade de foot (aucun obstacle solide, stade de foot en pleine campagne).

3. Écoute en milieu domestique

Je ne parlerai pas ici de l'écoute au casque qui est particulière car les seuls sons musicaux parvenant aux oreilles de l'auditeur lui parviennent latéralement ce qui annule la notion d'espace sonore (pas de largeur , hauteur et profondeur), ce qui est donc radicalement différent d'une écoute en live ou sur des enceintes.

Notre installation doit être capable de reproduire au plus près ce que nous ressentons en live, aussi bien dans les cas favorables que pour les cas défavorables (J'ai dans mes enregistrements nombre d'enregistrements de qualité mais aussi des choses assez catastrophiques qui peuvent avoir différentes causes : lieu d'enregistrement mal adapté (j'ai un CD de Maxime Le Forestier en live qui est catastrophique) ou ingénieur du son ayant mal fait son travail (Les 4 saisons de Vivaldi par Amandine Beyer chez Alpha : la cata complète, manque de grave, aigus à vous boucher les oreilles Choc de Classica en octobre 2015 tout de même).

Pour que notre système soit capable de reproduire tout cela, quelque soit le type de musique (il n'y a pas, à mon avis, un système pour écouter du classique, un autre pour du jazz et encore un autre pour du rock) il faut prendre en compte différents paramètres que je vais essayer de classer par ordre d'importance.
1. le local d'écoute : dimensions et matériaux du local d'écoute,
2. les enceintes : type d'enceintes bibliothèque ou colonnes; technologie : électrodynamiques, isodynamiques, électrostatiques, ruban, plasma ou magnétostriction; placement des enceintes par rapport au local,
3. le système d'amplification : adaptation aux enceintes,
4. la source : vinyle, CD, dématérialisé, bande magnétique,
5. les accessoires : meuble, câbles, amortisseurs, pointes etc...

3.1. le local d'écoute

J'ai classé ce point en premier car c'est probablement, et de loin, ce qui a le plus d'incidence sur la restitution musicale (avec un système correct évidemment, je ne parle pas ici des systèmes bas de gamme achetés au surpermarché du coin) avec le placement des enceintes qui sont deux choses étroitement liées.
Il faut considérer deux cas distincts et ne pas confondre isolation et absorption. L’isolation protège du bruit provenant des pièces avoisinantes. Le but de l’isolation acoustique est d’empêcher des sons de sortir ou d’entrer dans une pièce. Pour bénéficier d’une bonne acoustique, une salle doit être convenablement isolée des bruits extérieurs.
L’absorption est la correction acoustique à l’intérieur d’un local. La quantité d’énergie absorbée lors de la rencontre d’une paroi dépend de la nature du matériau, de sa masse et de la fréquence de l’onde. On observe une perte, plus ou moins importante, d’énergie sonore. Plus le matériau est mou, poreux ou fibreux, plus il atténue l’intensité de l’onde sonore et absorbe les vibrations. Au contraire plus un matériau est dur, dense, moins il absorbe les vibrations.
De mon point de vue, le plus important dans votre local d'écoute (vous l'aurez sans doute déjà compris) est d'éviter une partie des ondes sonores réfléchies, en particulier sur les plus longues distances et dans les angles (3 surfaces au sol, 3 surfaces au plafond).
Ces ondes se réfléchissent sur les surfaces les plus dures (murs en béton, ou en carreaux de plâtre) beaucoup moins sur les murs en plaque de plâtre ou en bois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les surfaces parfaitement planes sont également plus réfléchissantes (béton plan avec un enduit au plâtre) que les surfaces accidentées (mur en pierres apparentes).
La solution, si vous ne souhaitez pas transformer votre salon en chambre de mesure acoustique, consiste à garnir votre mur de divers objets, tableaux, tenture, tapisserie, tapis.
Pour les parois verticales l'utilisation de meubles ou encore mieux d'étagères est également une excellente solution.
De même, un tapis de sol situé à moins d'un mètre des enceintes sur un sol en carrelage peut grandement améliorer la situation.
Ceci est valable pour les fréquences médium et aigües. Pour les fréquences graves il n'existe qu'une solution plus complexe à mettre en œuvre, c'est la réalisation d'un faux plafond (qui est la plus grande surface réfléchissante) avec des éléments poreux avec un vide (appelé plénum) d'une vingtaine de centimètres garni éventuellement d'éléments absorbants (laine de verre ou de roche). C'est un système bien connu et utilisé par les acousticiens pour obtenir un maximum d'ondes sonore directes qui sont les plus intelligibles (salles réunion, écoles de musique, auditoriums, cinémas...).
Les panneaux placés à environ 20cm de la surface réfléchissante doivent être constitués d'une matière poreuse laissant passer l'air (un des tests de laboratoire pour contrôler ce type de matériau consiste à mesure le flux d'air traversant en mesurant la différence entre le débit d'air entrant et le débit d'air sortant). Le matériau peut être constitué de plaques de fibre de cellulose, de plaques de plâtre perforées (vous avez certainement déjà remarqué à certains endroits des plaques de plâtre munies de trous carrés, circulaires ou de fentes) ou de plaques de plâtre poreuses.
Pour fixer les plaques sur le support il faut les visser sur des rails eux mêmes fixés aux murs à l'aide d'attaches métalliques. Afin de permettre la libre vibration des plaques et d'éviter la transmission des vibrations au support, les attaches sont découplées du support à l'aide d'entretoise en caoutchouc.
Le garnissage du plénum à l'aide de panneaux de laine de roche améliore encore l’absorption des fréquences graves.
Il est clair que cette solution, qui est de loin la plus efficace, peut difficilement être réalisée dans une pièce à vivre si ce n'est lors de la conception.
Dans mon cas particulier nous n'avons pas pu opter pour ce genre de modification (plafond trop bas). Cependant mon cas (je ne parle pas de mon cas personnel qui est désespéré) s'avère moins critique en ce qui nous concerne car le plafond est un plafond à la française (nombreuses solives avec un plafond constitué de lames de bois en pin), la surface est donc nettement moins réfléchissante.
Pour éviter cette fois-ci, non pas les ondes réfléchies mais les ondes transmises, nous avons opté pour le principe des parois cinéma pour isoler notre chaufferie (chaudière avec bruleur au fuel émettant de nombreuses fréquences graves lors du fonctionnement. Notre chambre d'amis était placée directement au dessus de la chaufferie et les fréquences graves émises étaient fortement incommodantes la nuit en hiver avec seulement une paroi en lames de bois). Le plafond a été traité de la manière suivante : réalisation d 'un plafond en plaques de plâtre avec un plénum de 20 cm garni de laine de roche. Les attaches ont été clouées sur les solives avec une entretoise en caoutchouc pour minimiser le couplage avec les solives. Deux plaques de plâtre ont été posées de manière croisée découplées à l'aide d'une colle viscoélastique. Le bruit de la chaudière est devenu imperceptible dans la chambre d'amis.
Les vraies parois cinéma sont constituées de 3 ou 4 plaques de plâtre de différentes épaisseurs contre-collées et d'un plénum d'une vingtaine de centimètres garni de panneaux de laine de roche.
Pour piéger une partie des fréquences graves, il existe également des "bass traps" qui absorbent les ondes acoustiques (largement utilisés dans les auditoriums et salles de concert) à placer préférentiellement dans les angles (attention cela ne remplace en aucun cas le traitement du plafond mais peut améliorer le rendu sonore).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Bass Traps

Il faut donc lutter en premier lieu contre les réflexions dans le local d'écoute, et en fonction de la disposition possible dans votre local d'écoute choisir les enceintes.
Il ne faut pas non plus abuser de l'utilisation de matériaux absorbants car nous ne voulons pas transformer notre pièce en "chambre sourde" dans laquelle il n'y a plus du tout d'ondes réfléchies.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Chambre sourde

3.2. les enceintes

En fonction des différentes technologies d'enceintes le placement aura plus ou moins d'influence et le rendu sonore sera différent.

Les enceintes les plus répandues sont les enceintes électrodynamiques, entendez par là que ce sont des enceintes composées d'un caisson, le plus souvent en médium (bois aggloméré et collé) en contreplaqué, ou en bois naturel (le caisson peut aussi être constitué de plâtre ou de béton ou encore de métal) et de haut parleurs électrodynamiques dont le principe est la mise en mouvement d'une membrane grâce à une bobine se déplaçant dans un entrefer constitué d'un aimant permanent.
le principe consiste à obtenir un coffret le plus rigide possible pour éviter les résonances de la caisse.
Ces enceintes peuvent être de type bibliothèque, ou colonnes, closes ou équipées d'un évent frontal dorsal ou latéral pour augmenter la réponse dans le grave, plus rarement elles peuvent être équipée d'un haut parleur passif émettant vers l'arrière.
En aucun cas il ne faudra placer contre le mur les enceintes. Dans la plupart des cas une enceinte nécessite un placement à au moins 1 mètre du mur frontal et de préférence au moins 50 cm du mur latéral.
Pour certaines enceintes les constructeurs proposent des conceptions pour qu'elles puissent être placées contre un mur. Cela reste tout de même un placement à éviter, il faudra éviter encore davantage de les placer dans un angle de manière à ne pas privilégier les fréquences basses.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Augmentation du volume sonore en fonction du placement

Pour obtenir une image stéréo la plus équilibrée possible il faut garder un maximum de symétrie (placement du mur frontal et des murs latéraux) de même il faut éviter d'avoir d'un coté un mur très absorbant et de l'autre un mur très réfléchissant.
L'auditeur doit dans la mesure du possible former un triangle équilatéral avec les enceintes ou au moins un triangle isocèle pas trop déformé. On pourra légèrement corriger cela avec l'orientation par la suite.
De même qu'il faut éviter de rapprocher les enceintes des murs, il faut éviter de poser des enceintes de petite taille directement sur le sol (toujours pour éviter d'amplifier les fréquences graves) et se munir d'un pied afin que le haut parleur d'aigu soit à hauteur de la tête de l'auditeur.
Afin de pallier à ces inconvénients on utilise (en particulier en sonorisation) des haut parleurs "Line array' ou l'on multiplie le nombre de sources d’émission qu'on juxtapose.
Le principe de base est que plus une source acoustique est de taille importante, plus elle est directive. La juxtaposition des haut parleurs permet de créer un champ directif très large avec moins d'ondes réfléchies.
Les enceintes de type plan à grande surface d’émission comme les isodynamiques (Magnepan, Carver) ou les électrostatiques (Martin Logan, Quad, Soundlab) possédant une grande surface d'émission répondent, dans une certaine mesure au même principe.
Il est donc inutile d'écouter des enceintes dans un local donné pour penser obtenir chez soi exactement le même rendu sonore sans traiter les défauts majeurs de la pièce d'écoute.
A mon avis, les caractéristiques essentielles pour essayer de reproduire chez soi le plus fidèlement possible la musique enregistrée pour donner l'impression de se trouver au concert sont :
la transparence (détails, extinction des notes, silences),
l'espace sonore en largeur, en profondeur et en hauteur (impression de relief lors du concert),
la justesse des timbres (timbre de voix, de instruments).
Pour ma part, je déteste, par exemple, le fameux son "anglais" qui me parait bouché avec un manque de transparence (je précise que tout le monde n'a pas besoin d'être d'accord avec moi).
La solution pour laquelle nous avons opté (je devrais dire j'ai opté mais mon épouse m'a suivi dans la démarche) sont les enceintes électrostatiques.
En effet, il y a bien longtemps (jadis dirait mon gendre) nous sommes allés à un salon de la Haute Fidélité qui se déroulait dans une des tour Mercuriales à Bagnolet en proche banlieue parisienne. A l'époque nous étions équipés d'un système Hifi qui n'était pas ridicule, mais bien en-deçà d'un système audio  digne de ce nom qui s'approche de ce que nous entendions en concert (Ampli Yamaha Classe A jusqu'à 5W, enceintes Celestion Ditton 66 série 2, platine Technics SL1200, cellule Dynavector 10X3, platine CD Yamaha CD-X1). La frustration venait du fait que la musique reproduite dans notre salon, bien qu'agréable, ne reflétait en rien ce que nous entendions aux concerts que nous fréquentions assez régulièrement (c'est d'ailleurs toujours le cas).
Pendant ce salon qui présentait des matériels haut de gamme et qui se déroulait dans des pièces dédiées (c'est la moindre des choses) nous avons eu l'occasion d'écouter des Martin Logan CLS attaquées par de gros blocs de puissance Jadis, je ne me souviens plus de la source.
Cela a été immédiatement la "révélation" ! c'était bien la première fois que nous entendions des choses qui se rapprochent de ce que nous entendions au concert (dynamique, placement des instruments, extinction des notes, espace sonore) sans résonance de caisse étant donné qu'il n'y en a pas. Le système avec des prix stratosphériques n'était pas à notre portée, mais quelques années plus tard, nous avons sauté le pas avec des Martin Logan SL3. aujourd'hui encore nous sommes équipés des mêmes enceintes, nettoyées régulièrement, bien entretenues elles nous donnent toujours satisfaction. Avant d'opter pour les Martin Logan, nous avons tout de même écouté pas mal de systèmes différents mais, à notre avis, c'est ce qui convient le plus à notre écoute.
La dynamique est impressionnante, probablement en raison de la légèreté et donc la rapidité de la membrane, les timbres et les extinctions de notes sont très bons, l'espace sonore est évidemment quasi réel en raison de la surface d'émission. Il suffit d'écouter un piano sur notre système pour s'en rendre compte. Il y a aussi cette impression d'ambiance apportée par tous les micros bruits, les respirations, qui font que les silences sont reproduits de manière réaliste et qui donnent cette impression inexplicable "d'y être". Nous avons un ami allemand qui est pianiste, la première fois qu'il a entendu notre système (il ne connaissait pas les électrostatiques, et nous a dit "c'est quoi ces machins etc...") il est resté scotché sur le canapé en n’arrêtant pas de répéter "c'est incroyable, c'est incroyable...").
Les seuls systèmes que j'ai entendus jusqu'à présent et qui ont une esthétique sonore assez proche sont les systèmes à très haut rendement (je ne connais pas bien les systèmes type line array sauf en sono).
Voilà pour les enceintes, c'est à chacun de se faire sa propre opinion et de choisir le matériel en fonction de son espace d'écoute, ses oreilles (le plus important) et son budget.

3.3 le système d'amplification


La première chose à respecter dans ce cas est l'adaptation du système d'amplification aux enceintes.
Il faut que votre amplificateur soit capable de driver les enceintes avec une puissance suffisamment confortable pour encaisser les écarts de dynamique.
Il est inutile de vouloir coupler des enceintes de 85dB de rendement avec un ampli à triodes de 2 x 3W, comme il est inutile de coupler des enceintes qui ont un rendement de 98 dB avec un monstre de 2 x 250W.
La plupart du temps à des niveaux domestiques raisonnables (95 dB) l'amplificateur ne sera sollicité qu'à faible puissance. Le niveau sonore double tous les 3 dB ce qui veut dire qu'avec des enceintes de 90 dB de rendement nous aurons un niveau sonore de 90 dB pour 1 W à 1 mètre de distance de l'enceinte ce qui fait 93 dB pour 2 W et 96 dB pour 4 W.
Le vinyle peut enregistrer des écarts de dynamique de 60 dB, le CD de 100 dB ! ce qui veut dire qu'à certains moments, même courts, cymbales par exemple ou batterie l'écart de dynamique est tellement important que l'amplificateur doit être capable de délivrer une puissance environ 10 x plus importante que la normale et devra donc délivrer plus de courant.
Ceci d'autant plus que la courbe d'impédance de votre enceinte n'est pas plate.
Mes SL3 descendent jusqu'à 1,5 ohms : à puissance égale l'amplificateur devra délivrer beaucoup plus de courant à 1,5 ohms qu'à 8 ohms.
Si nous prenons l'exemple d'une puissance moyenne de 4 watts à 8 ohms l'ampli doit alors, à tension constante de 2 V par exemple, délivrer 0,25 Ampère, mais ce sera 0,5 A pour 4 ohms et 1,33 A pour 1,5 Ohms.
Communément on considère qu'il faut un amplificateur de 2 x 30 W minimum pour des enceintes de rendement 90 dB (ce qui fait 2 x 15 W pour 93 dB et 2 x 60 W pour 87 dB, je vous laisse faire le calcul pour le reste) mais cela est très dépendant du circuit d'amplification et de la technologie de l'amplificateur et des enceintes.
Nos premières enceintes (Celestion Ditton 66 série 2) s'écroulaient dans le grave avec notre ampli Yamaha de 2 x150 W (transistor Mos Fet), mais fonctionnaient correctement avec l'amplificateur Audio Innovation de 2 x 25W en Classe A (push pull d'EL34).
Les amplificateurs à transistors ont tendance à écrêter (atteinte du maximum de puissance que ce que l'ampli peut délivrer) avec beaucoup de distorsion en émettant de son désagréables à l'oreille alors qu'un amplificateur à tubes écrêtera de manière plus douce.
Peu importe que vous choisissiez un amplificateur à transistor ou un amplificateur à tubes, il doit être capable de retranscrire les nuances de la musique le plus fidèlement : l'espace sonore en largeur en profondeur et en hauteur, la dynamique, les plus petits détails, l'extinction des notes, les silences, les timbres des instruments, la chaleur de la voix. Il doit présenter une courbe de réponse en fréquence le plus linéaire possible, un taux de distorsion le plus faible possible (à l'écoute, pas à la mesure). Tout cela de manière que vous ayez l'impression d'être assis à une bonne place lors du concert.
Pour ma part, après écoute de plusieurs amplificateurs à transistors, des standards jusqu'à des matériels très sophistiqués je suis passé au tube depuis maintenant plus de 30 ans.
Lorsque vous avez un amplificateur à transistor il est impossible de modifier la sonorité de celui-ci. Avec une amplificateur à tube il est possible de changer les tubes pour ajuster la sonorité de l'ampli. Dans notre dernier amplificateur Yaqin MC-13S équipé d'origine de 2 tubes driver 12AU7 Shuguang, 2 tubes d'entrée 12AX7 Shuguang et 4 tubes de puissance 6CA7 Shuguang le rendu sonore n'était pas ridicule mais l'espace sonore, les timbres, la transparence et l'écoute générale s'est grandement améliorée avec la substitution des tubes. Des ECC82 Dario Miniwatt sont venus remplacer les 12AU7, des ECC83 Tesla Code 32 ont remplacé les 12AX7 et nous avons choisis des tubes de puissance KT66 Shuguang pour remplacer les 6CA7. Le réglage du bias a été légèrement poussé par rapport à un réglage classique : 50 mA au lieu de 40 mA, ce qui nous donne un grave mieux articulé tout en ne nuisant pas au médium et la luminosité de l'aigu, qui sont à la fois très doux et très détaillés. Les voix sont magnifiques, très proche de la réalité, l'espace sonore prend une vraie dimension et pousse les murs en largeur et en profondeur, la hauteur est réelle principalement de par les enceintes.
Premier conseil : n'achetez jamais un ampli sans l'avoir écouté sur vos enceintes (sauf cas particulier si le risque ou coût est faible et que vous pouvez facilement le revendre).

3.4 la source

Là aussi, pas d'écoute fidèle sans une source fidèle que vous optiez pour le CD, le SACD, le vinyle ou le dématérialisé.
Des écoutes qui ne se ressemblent pas entre le vinyle et les autres supports, qui si ils sont bien mis en œuvre ont des reproductions assez proches.
En termes de coût, la dématérialisation a un coût bien inférieur à une source vinyle pour obtenir une musicalité et une bonne fidélité de reproduction.
A l'aide d'un PC et d'un convertisseur de qualité on peut obtenir une reproduction de belle qualité là où il faut investir jusqu' à 10 fois plus pour une source vinyle.
Là aussi c'est une question de préférence et de qualité des enregistrements.
Notre installation: Lecteur réseau Pioneer N70A pour le dématérialisé et platine Thorens 295MK4 (pas si mauvaise qu'on le prétend sur certains forums), palet presseur lourd Analogis, alimentation extérieure surdimensionnée, préamplificateur phono Project Tube Box S, alimentation extérieure ultra linéaire, cellule Ortofon 2M Bronze.
En comparaison des deux sources (mêmes enregistrements), mon épouse préfère le vinyle, personnellement je préfère le dématérialisé.
Nous avons rippé tous nos CD's en fichiers flac grâce à l'excellent logiciel dBpoweramp. L'écoute à tout de suite présentée un grave beaucoup plus étendu et plus propre que notre lecteur CD d'alors (Vincent CDS6).
J'ai mis cela sur le compte de la différence due au convertisseur et de l'étage analogique de sortie. En connectant la sortie numérique du lecteur CD sur le convertisseur du lecteur réseau nous n'avons pas retrouvé l'étendue du grave et la transparence supérieure de la lecture sur disque dur.
Conclusion : la différence venait essentiellement du système de lecture numérique.
Après une discussion, lors d'un salon, avec Yves Bernard André, le concepteur des électroniques YBA, il m'a dit que cela provenait probablement du fait que la platine du lecteur CD lisait les bits à la volée et faisait appel trop souvent au système de correction d'erreurs. En utilisant une platine CD plus régulière en rotation avec un système de lecture plus précis et moins sujet aux vibrations cela devrait se corriger. Il m'a conseillé également d'utiliser un disque dur SSD pour les lectures au lieu d'un disque dur magnétique.
En effet le changement de notre lecteur CD Vincent CDS6 pour un drive Cambridge CXC nous donne maintenant une écoute qui, pour ma part, n'est pas différente du même fichier en dématérialisé. Je ne peux, par contre, pas confirmer entendre une différence entre un disque dur de stockage magnétique et un disque dur SSD.
En particulier sur le violoncelle et la contrebasse le dématérialisé nous a apporté, à mon avis, une sensation de réalité sonore plus difficile à obtenir avec notre platine vinyle, notamment, sur les fréquences basses, la notion de volume et les résonances des caisses des instruments.

3.4 les accessoires

3.4.1 le meuble et les éléments réduisant les vibrations

Pour que les éléments fonctionnent correctement il faut éviter au maximum les vibrations engendrées par des sources extérieures, les éléments eux-mêmes et les enceintes.
Les éléments de lecture contenant des pièces en mouvement sont les plus perturbés par les vibrations mais les électroniques également peuvent être perturbées (les condensateurs en particulier n'aiment pas les vibrations).
Afin de réduire au maximum les vibrations les éléments doivent être posés sur un support lourd et non résonnant l'idéal serait de les solidariser avec un bloc lourd et d’amortir au maximum ce bloc. Certaines enceintes de monitoring sont posées sur un bloc en béton suspendu à des ressorts.
Dans notre cas, nous avons remarqué que des dalles de granit (pour l'esthétique) de 3 cm d'épaisseur (environ 6 à 8 kg) posées sur les éléments (en particulier le drive) amélioraient assez nettement le message sonore.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Drive CD Cambridge avec plaque de Granit

Afin de limiter encore les vibrations les appareils sont posés sur des patins amortisseurs en élastomère (Stabren Mini Stab). Le fait d'alourdir le lecteur lui permet de moins vibrer, les patins amortisseurs permettent d'absorber les vibrations résiduelles.
Le meuble support doit compléter le tout. Dans notre cas le meuble est constitué d'une structure en bois avec des tablettes en multiplis de bouleau de Finlande de 4cm d'épaisseur. Le meuble lui-même est muni de pointes Soundcare Super Spikes.
Le multiplis de bouleau est reconnu pour ses propriétés amortissantes. Les pointes permettent au vibrations de s'écouler dans le sol.
En effet, contrairement à une idée véhiculée par certains revendeurs de matériels, les pointes ne permettent pas aux éléments (enceintes par exemple) de désolidariser les éléments du sol mais, au contraire, en raison de la pression énorme exercée sur les pointes (plusieurs dizaines de tonnes par cm²) de véhiculer les vibrations et de les transmettre au sol (A éviter si vous êtes en immeuble et que la dalle est assez légère, pour ne pas incommoder les voisins du dessous).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pour la platine vinyle qui dans notre cas est assez légère (9kg, plateau de 3kg) la platine est posée sur une dalle de granit de 5kg couplée (et non pas découplée) au meuble à l'aide des pointes pour permettre l'écoulement de vibrations, la platine elle-même étant posée sur des patins amortisseurs.
Il est facile de vérifier l’amortissement de la platine en frappant légèrement sur le chassis, matériel en marche avec un disque sur la platine et le diamant posé sur le disque. On ne doit pas entendre, dans ce cas, les vibrations transmises par les enceintes.

Les enceintes sont, dans notre cas, munies de pointes et posées sur la dalle au rez de chaussée de notre maison (pas de voisin en-dessous).
Pour des raisons de commodité de déplacement des enceintes, pour faire les poussières ou pour l'entretien, j'ai muni récemment (moins d'un an) les enceintes de pointes Soundcare. Jusque là les enceintes étaient munies des pointes d'origine Martin Logan posées sur des contre-pointes. C'était un peu la galère pour replacer les contre-pointes à chaque déplacement d'enceinte.
J'ai été très surpris de constater une  légère amélioration du grave et une fluidité supérieure avec les nouvelles pointes. Je n'explique pas le phénomène mais il semblerait que la matière utilisée pour les pointes ait une influence. Jusque là je pensais que les explications données chez Soundcare étaient du charabia de marketing, mais je suis obligé de me rendre à l'évidence en constatant une amélioration.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les améliorations apportées par le meuble et les accessoires anti-vibration sont moins importantes que le changement d'amplificateur ou le changement des tubes de l'amplificateur, par exemple, mais sont tout de même significatifs.

3.4.2 les câbles et connecteurs

Très rapidement, depuis l'achat de notre première installation audio (plus de 30 ans) je me suis intéressé aux câbles et aux connexions audio. Ce doit être la déformation professionnelle qui veut ça ! en électrochimie on connait bien les problèmes de connecteurs pour les faibles signaux d'électrodes et on utilise depuis longtemps des connecteurs plaqués or et des câbles de connexion de qualité.
Le choix des câbles doit intervenir en dernier lieu, après le choix de tous les autres éléments. Il n'y a pas de règle précise dans ce domaine, la logique voudrait qu'on choisisse un câble avec la plus faible inductance possible, en particulier sur de grandes longueurs.
Après de nombreux essais de câbles de toutes sortes nous avons opté dans notre cas pour les QED Silver Anniversary en raison principalement de leur transparence. Des câbles jusqu'à 10 fois plus cher n'ont rien apporté de plus dans notre cas. Les connecteurs sont dans notre cas des connecteurs de type banane plaqués or.
En modulation nous avons également opté pour le QED Silver Spiral, très homogène sur l'ensemble du message musical.
Le changement des câbles d'enceintes et de modulation a dans notre cas eu l'influence la plus faible sur la sonorité.
Le changement des câbles secteur a eu une influence beaucoup plus importante, en particulier dans le cas de l'amplificateur. Nous avons choisi, dans ce cas un câble allemand de forte section.
Dans le même ordre d'idée, le changement du fusible de l'amplificateur par un fusible "Padis" a augmenté un peu la profondeur de l'image stéréo et la dynamique.
L'essai d'isoler les câbles du sol par des support de câbles n'a, dans notre cas, rien apporté d'audible.

4 Conclusion

Je voudrais d'abord souligner que tout ce que nous avons constaté est valable pour notre installation, notre local d'écoute et nos oreilles et que ce n'est en aucun cas une généralité. Le seul but de ce post est de lancer le débat sur ce que nous pouvons modestement entreprendre dans notre intérieur pour se rapprocher le plus près possible de ce que nous entendons en concert.
Je voudrais souligner encore une fois, que sur une installation audio bien optimisée (local d'écoute, placement, choix des éléments et des accessoires) les différences ressenties à l'écoute sont bien plus faibles que les différences dues aux enregistrements et mixage, au lieu de reproduction, aux instruments utilisés et au placement lors d'un concert.
Claude (Claude4m) m'a conseillé récemment l'enregistrement de "The Who" "Live at Leeds" enregistré dans la cafétéria de l'université de Leeds en 1970, que je ne connaissais pas. J'ai craqué en achetant le CD. L'enregistrement est saisissant de réalité, Probablement meilleur que le rendu sonore de la cafétéria. Peu importe, je pense que c'est ce genre de choses, bien reproduites qu'on aimerait entendre sur son installation, qui donne l'illusion de la réalité.
Optimisez donc votre installation pour vous rapprocher le plus près possible de ce que vous entendez lors d'un concert : espace sonore, détails, silences, extinction des notes, timbres... Et ne faites confiance qu'à vos oreilles, et pas aux sirènes du marketing !

Le débat est lancé, faites nous part de vos expériences et de vos choix, toute expérience mérite réflexion.

Cordialement, Claude


Dernière édition par Cagliostro le Jeu 11 Juil - 17:46, édité 47 fois

_________________
Musicalement vôtre, Claude
Cagliostro
Cagliostro
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 68
Date d'inscription : 17/05/2019
Age : 62
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Mer 19 Juin - 12:56

Deux commentaires mineurs:
-les "ondes réfléchies" et les "ondes directes" se mélangent pour ne constituer qu'un seul champ de pression; on ne peut pas les dissocier.
-La direction des sons ne dépend pas que de la position des HP's ("ondes directes emises vers l'avant par les enceintes"), et elle ne dépend pas non plus du tout du type de musique ,(classique ou rock..) elle dépend de la position du générateur de sons,et de la fréquence. Si la fréquence est basse, l'émission est omnidirectionnelle= même si le hp ou l'instrument générant le son est dirigé vers l'avant, l'onde se déplace autant vers l'arrière que vers l'avant!
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  Cagliostro le Mer 19 Juin - 14:05

Oui tu as raison de le souligner Jean-Claude !
J'ai fait de petits raccourcis qui peuvent prêter à confusion !
Je vais préciser un peu plus !
A+ Claude

_________________
Musicalement vôtre, Claude
Cagliostro
Cagliostro
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 68
Date d'inscription : 17/05/2019
Age : 62
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  claudem4 le Mer 19 Juin - 15:56

Cagliostro a écrit:Bonjour à tous,
J'ouvre ce nouveau post pour débattre de la différence de perception acoustique entre la musique live (concerts intérieurs en salle ou extérieurs, classique, pop, rock jazz etc...) et la retranscription musicale enregistrée à l'aide de nos systèmes domestiques (mais pas toujours domestiqués Very Happy Very Happy ) vinyles, CD's ou musique dématérialisée.
Je pense que c'est un sujet qui nous intéresse tous car nous souhaitons tous, plus ou moins, nous rapprocher de ce que nous entendons au concert.
Nous avons tous, à ce sujet, des expériences différentes selon que nous soyons musicien ou pas et que nous fréquentions plus ou moins souvent les salles de concert et les spectacles extérieurs.
Nous avons tous, à un moment ou un autre ressenti des frustrations en concert (mauvais placement, salle à l'acoustique médiocre) ou chez soi en écoutant sa chaîne (manque ou proéminance de graves ou d'aigus, résonnances de caisse, son voilé, manque de précision, bouillie sonore).
Je vais essayer de donner quelques précisions à ce propos en partant des bases de la diffusion des ondes sonores et en expliquant la démarche qui a été la mienne pour constituer un système et l'améliorer, tout en essayant de rester le plus rationnel possible et en évitant de se laisser bercer par les propos des gourous en tout genre nous vantant les mérites de tel ou tel accessoire en platine, en or massif ou en bois flotté ayant la forme d'une divinité celte ou dérivé du feng shui.
Je vous demanderais un peu d'indulgence sur le temps d'écriture, car j'essaierai d'enrichir le texte au fur et à mesure de mon temps disponible.
Je vous invite tous à me faire part de vos expériences pesonnelles et vos critiques pour lancer le débat.
Musicalement vôtre, Claude

Bonjour Claude ,

"ayant la forme d'une divinité celte ou dérivé du feng shui."

La civilisation chinoise était beaucoup plus en avance que nous ,ils connaissaient le papier dix siècles avant nous (de mémoire) la poudre à canon et la porcelaine et bien d'autres choses découvertes par des alchimistes
chinois ,tu peux vérifier .

les européens ne connaissent pas grand chose du Feng Shui et pourtant ,c'était connu dès le néolithique en Bretagne ou l'on a trouvé des traces .

Concernant les symboles ,c'est utilisé par des grandes marques dans tous les domaines ,mais peut être ne l'a tu pas remarqué ,c'est aussi utilisé par les grands de ce monde qui ne laissent rien (ou le moins possible ) au hasard

claude
claudem4
claudem4
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 289
Date d'inscription : 05/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  Cagliostro le Mer 19 Juin - 16:49

Bonjour Claude,

Content d'avoir de tes nouvelles ! Je connais ta sensibilité sur le sujet, je voulais même te faire un petit clin d’œil en écrivant "certains se reconnaîtront peut-être". Et puis je me suis dit non c'est un peu trop provocateur Very Happy Very Happy Very Happy Very Happy

Ne t'offusque pas de mon approche plutôt cartésienne !!!

Bien à Toi, Claude

_________________
Musicalement vôtre, Claude
Cagliostro
Cagliostro
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 68
Date d'inscription : 17/05/2019
Age : 62
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  claudem4 le Mer 19 Juin - 16:54

Bonsoir Claude ,

Egalement ! Very Happy  tu aurais dû Very Happy

"Je connais ta sensibilité sur le sujet" je pratique le clair ressenti

Tiens justement sur le Feng Shui (tu clique sur en savoir plus pour la suite)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



claude
claudem4
claudem4
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 289
Date d'inscription : 05/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  Cagliostro le Mer 19 Juin - 17:14

Ah mon cher Claude !
Tu devrais faire un post que je vois bien intitulé de la façon suivante :
"De l'influence des Forces Telluriques et du Feng Shui sur la Reproduction Musicale en Milieu Domestique"
Je suis prêt à essayer plein de trucs "ésotériques" à condition que ça ne me mette pas sur la paille !
A+ Claude

_________________
Musicalement vôtre, Claude
Cagliostro
Cagliostro
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 68
Date d'inscription : 17/05/2019
Age : 62
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  claudem4 le Mer 19 Juin - 17:51

re,

En hifi ,il y a des trucs sur le papier qui fonctionnent mais que sur le papier ! et d'autres improbables mais qui ont un réel effet .

Lorsque j'aurai le temps ,je compléterai sur le filtre secteur avec des photos .

Je peux ouvrir un sujet les accessoires ceux que j'ai testé aussi ,j'y pense ... Very Happy

"De l'influence des Forces Telluriques" c'est un sujet que je connais plutôt bien ,mais c'est encore un peu tôt pour en parler Smile

claude
claudem4
claudem4
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 289
Date d'inscription : 05/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Ven 21 Juin - 15:36

@claude et @ claude !!! Sad Very Happy

Vous nous faites miroiter plein d'ésotérisme.... loin du yin et près du yang....., mais:

"Anne, ma soeur Anne, ne vois tu rien venir...?" Shocked Suspect cyclops What a Face Smile Very Happy....C'est ooooùùùùù??

On vous attend avec curiosité!! Cordialement à vous deux Jean-Claude
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  claudem4 le Ven 21 Juin - 16:34

Bonjour Jean-Claude et à tous ,

j'ai un peu de boulot ,en ce moment dès que je pourrai...

claude
claudem4
claudem4
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 289
Date d'inscription : 05/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Jeu 27 Juin - 0:38

@claude= BRAVO pour la synthèse!!! Complète et très intéressante.

J'ai quelques remarques qui peuvent mériter des approfondissements=

1 ONDES SPHERIQUES OU CYLINDRIQUES

-un générateur sonore,s'il est de dimensions assez réduites,(par exemple la bouche d'une chanteuse, l'orifice de sortie d'une trompette...) s'assimile a un "point source". Dans ce cas l'onde sonore émise se développe de façon sphérique et l'atténuation évolue en proportion de l'augmentation de surface de la sphère, donc en fonction du carré de la distance.

-par contre, si on se débrouille pour que le son soit généré de façon homogène le long d'une ligne droite, supposons la verticale, on dit qu'on a affaire à une "ligne source" . Dans ce cas, l'onde sonore se développe non pas de façon shérique, mais cylindrique avec pour axe d'origine la "ligne source" Le gros avantage de cette disposition en résulte, en effet l'atténuation évolue en proportion de la surface du cylindre, donc en fonction de la puissance 1 de la distance, et non du carré. L'atténuation est donc beaucoup plus faible que dans le cas du "point source".
Un autre intérêt de la ligne source est que du fait des déphasages dus à la superposition des points d'émission le long de la ligne et aux écarts de distance par rapport à une oreille ou un micro, la directivité VERTICALE d'une ligne source est extrêmement forte, et par conséquent un haut parleur ligne source a une émission pincée en hauteur et ainsi on limite au minimum la réflection sur le sol et sur le plafond du local

-Il existe donc DEUX types de transducteurs ou "haut parleurs": les hp's assimilés à des "point source", et les haut parleurs "ligne source" qui se généralisent depuis une quinzaine d'années pour toutes les sonorisations professionnelles de haute puissance.

-Il est évident qu'on trouve aussi des haut parleurs dont la conception se situe entre les deux, car ils ne sont ni de vraies lignes sources, ni de vrais points source (ou "sphères pulsantes"), du fait que la membrane mise en vibration est assez loin d'être petite en dimensions ni d'une forme simulant une sphère pulsante. C'est le cas notamment des hp's a grande surface tels que les hp's électrostatiques ou Magneplanar. Ces hp's ressemblent à une paroi presque plane qui vibre en phase sur tous ses points , et évidemment, ces "surfaces emissives" posent des problèmes de déphasages aux points d'écoute en fonction des distances différentes aux divers points de la membrane plane.Rajoutons qu'ils sont en général des dipôles.

2 ESPACE

De façon idéale , l'espace complet est tri-dimensionnel. Il faut donc imaginer un son produit dans un espace tri-dimensionnel, un haut parleur qui serait situé dans les nuages et provoquerait une onde sonore sphérique grandissant dans les 3 dimensions partout dans l'espace.
On peut reproduire un tel espace dans une chambre anéchoïque car même le sol de la chambre n'est pas réverbérant. C'est en général dans ces conditions que sont essayés les hp's par de vrais pros.
Sur le plan calcul, le son qui s'expand dans un espace total tri-dimensionnel sphérique a un "angle solide de 4 Pi STERADIAN"

Revenons sur terre, et regardons ce qui se passe pour un concert sur dans une scène ou dans une arène romaine....=
Le SOL réduit l'angle solide de moitié, il "coupe " le monde total en deux moitiés, celle en dessous et celle en dessus du sol.
La SPHERE de son qui s'expand se transforme forcément en DEMI-SPHERE, et de plus il se crée une réflection de tous les sons émis sur le SOL.
Le son s'expand dans un espace toujours tri-dimensionnel, mais réduit de moitié, et dont l'angle solide est réduit à 2 Pi stéradian au lieu de 4, c'est à dire une demi sphère au lieu de la sphère complète.Une conséquence inévitable est le renforcement du niveau sonore par unité de surface car l'ENERGIE générée est la même, mais la surface est réduite de moitié du fait de la présence du sol horizontal.Il y a donc doublement de l'énergie surfacique, on dit pour simplifier +3dB...
Un concert en plein air est donc en réalité représentatif d'une propagation des sons en DEMI ESPACE, avec réflection de tous les sons émis sur le SOL.

Corollaires:
-En rajoutant un mur vertical, par exemple le mur arrière de la scène, on réduit encore l'espace de moitié, l'angle solide dans lequel le son s'expand est réduit à 1 Pi stéradian, et du fait que l'énergie générée est toujours la même, il y a en moyenne un nouveau doublement de l'énergie sonore par unité de surface ou on dit plus simplement +6dB
-on comprend bien pourquoi les constructeurs de boomers et de subs positionnent les hp's de grave près du sol: ils gagnent +3db pour la même puissance du hp !! mais en plus ils conseillent de les mettre près d'un mur vertical et là ils gagnent +6dB, et, pire, ils suggèrent de les placer dans les coins, comme ça ils gagnent +9dB..TOUT SIMPLEMENT. Et ceci au détriment total des réflections PARASITES du son sur le sol! ils s'en fichent!!les audiophiles n'y voient que du feu!!!

ABSORPTION DE L'ENERGIE SONORE DANS UN LOCAL

Quoiqu'en disent les petits génies, la seule façon de "consommer" l'énergie vibratoire que l'on a forcée a pénétrer dans un local fermé, est de la transformer en chaleur par "effet Joule". Cet effet joule nécessite des frottements ou des micro-remous de l'air qui vibre, ou des vibrations mécaniques secondaires parasites qui elles sont retransformées en frottements (c'est un peu idiot de passer par un intermédiaire, car ça ne change pas le but final:) afin de produire de la chaleur (transformation bébète de l'énergie cinétique en énergie thermique)

La où tes explications sur l'effet des matières molles ou poreuses pour faciliter cette transformation des vibrations cinétiques en chaleur sont, je pense, insuffisantes, c'est qu'il faut s'intéresser exclusivement aux endroits du local où l'air VIBRE, BOUGE. En effet il coule de source que si on dispose un obstacle quelconque ou un média poreux quelconque, à un endroit ou l'air ambiant ne vibre pas du tout, ne "bouge" pas, il n'y aura , c'est sur, aucun frottement, aucun remous, aucune transformation énergétique.
C'EST BIEN LA TOUT LE PROBLEME !!
En effet contre un mur , RIEN NE BOUGE!! On dit qu'il s'agit d'un "noeud" de vibration!! pression sonore OK mais mouvement de l'air= NADA.
Il faut donc "aller chercher" les endroits ou l'air est en mouvement!.
Pour une longueur d'onde de 4m (340:x=4 d'ou x Hertz=85), la vibration maximale de l'air se produit donc au quart d'onde , c'est à dire à 1mètre du mur!!!
Je pense que tu as compris que si on veut pomper du 85Hz, l'idéal est de disposer le média poreux ou souple à 1mètre du mur et non contre le mur.
Si on colle sur le mur 4cm de caoutchouc, on va surtout pomper la fréquence correspondant au quart de sa longueur d'onde égalant 4 centimètres. Lambda=16 centimètres ,donc 340m/s:x=0,16m donc x =2125Hz..tu comprends pourquoi coller du caoutchouc sur les murs ne pompe que les médium-aigus!
Une fois qu'on a compris le truc, on peut faire des "traps " qui pompent les graves à condition de profiter des endroits de la pièce où l'on peut écarter le média amortissant des murs d'une distance suffisante.
Les choses s'arrangent un peu du fait des réflections multiples mais le principe est immuable!
Il s'applique aussi au plafond plenum dont tu as parlé, dont la fréquence la mieux absorbée découlera de la profondeur du plenum, exemple 25cm de profondeur= quart d'onde, lambda =1m d'ou 340Hz.
Tout ça marchera un peu mieux car même avant le quart de lambda l'air vibre moins mais il vibre quand même un peu, bien sur.

REFLECTIONS PRIMAIRES

Ton chapitre me semble manquer d'emphase, d'importance:
Un système hifi qui souffre de réflections primaires n'est qu'un infame gloubi-boulga, aucune phase n'est fidèle, tout est mélangé. Les réflections primaires sont, je pense, l'ennemi public N°1 de l'audiophile conscient.
Reste la grande question des hp's à phase linéaire, elle est traitée par ailleurs donc je n'y reviens pas.

Ca y est!!la discussion est engagée, j'espère: de façon POSITIVE, dans le seul intérêt de la bonne compréhension des enjeux.

Cordialement et amicalement à toi Jean Claude
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  Cagliostro le Jeu 27 Juin - 8:33

Merci pour ton retour Jean-Claude avec lequel je ne peux qu'être d'accord une fois de plus.
Je crois que tous les deux nous combattons en priorité les ondes réfléchies (il ne faut pas non plus que ça devienne une obsession), c'est probablement ça qui m'a fait opter pour l’électrostatique avec sa grande surface d'émission (Tu as pris les devants c'était le prochain chapitre sur les enceintes) au départ, sans à l'époque trop savoir pourquoi, hormis la dynamique due à la rapidité de la membrane.
Je me permettrai de faire quelques copier-coller que j'incorporerai au bon endroit dans le texte pour les personnes les plus avides de technique. Je voulais aussi que ça reste compréhensible par le commun des mortel, le compromis est toujours difficile à trouver.
Amicalement, Claude

_________________
Musicalement vôtre, Claude
Cagliostro
Cagliostro
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 68
Date d'inscription : 17/05/2019
Age : 62
Localisation : Isère

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Jeu 27 Juin - 9:07

Cagliostro a écrit:3.2. les enceintes
En aucun cas il ne faudra placer contre le mur des enceintes équipées d'évents dorsaux ou latéraux ou d'un HP passif dorsal, pour éviter que l'onde sonore soit renvoyée immédiatement vers le haut parleur. Dans la plupart des cas une telle enceinte nécessite un placement à au moins 1 mètre du mur frontal et de préférence au moins 50 cm du mur latéral.

Pour les enceintes closes elles peuvent être conçues pour être placées contre un mur dans certains cas .....
Je crois qu'il y a là deux petites confusions:(je vais tenter d'expliquer comment je vois les choses)

(1) Le placement des enceintes vis à vis des murs et en particulier du mur arrière NE DÉPEND PAS de la présence éventuelle d'évents ou de l'absence d'évents (enceinte close)
Avec ou sans évent, l'effet du mur arrière est de couper en deux l'espace en réduisant l'angle solide de 2 Pi stéradian à 1 Pi stéradian, ce qui réduit la surface d'expansion sphérique de moitié et par conséquent, -en moyenne-  provoque une hausse moyenne de niveau sonore par unité de surface en doublant la puissance moyenne surfacique (+3dB)
Qu'il y ait évent arrière, event latéral ou pas du tout d'event ne change quasiment RIEN à cette évidence, car même sans aucun event, si le HP se trouve à 35cm du mur arrière (situé à l'avant de l'enceinte), les ondes étant sphériques, le mur sera atteint de toute façon par le son en un temps égal à 0,35m:340m/s= 1 milliseconde seulement!!! Que ce soit 1 ms ou 0,5ms , cela ne change quasiment rien sur l'effet factice du mur.
L'idée qu'il faut placer une enceinte vis à vis des events c'est donc oublier que le son s'il ne sort pas par les évents sort de toute façon coté HP et se propage tellement vite que l'effet est quasiment le même. Seule précaution à prendre: ne pas BOUCHER d'évent car dans ce cas on change a fréquence d'accord de l'enceinte.

(2)Prétendre qu'on peut concevoir une enceinte close pour qu'elle puisse être placée contre un mur arrière, fait partie des enfumages élégants à destination des audiophiles naïfs pris pour des porte-monnaies.
En effet, le mur arrière, comme je l'ai déjà explique, a pour effet de réduire l'angle solide de l'espace d'expansion du son de moitié et par conséquent de provoquer un renforcement dans les GRAVES de 3dB..(en plus du renforcement du au SOL, donc en tout de 6dB si on compare avec un HP situé assez loin du mur arrière et assez loin du sol aussi comme ça devrait être le cas!).
Il est donc effectivement possible , pour un concepteur d'enceintes, de TENIR COMPTE de ce renforcement après en avoir mesuré l'effet, et de corriger son filtre passif (ou actif) de façon a linéariser la courbe de réponse en amplitude et retrouver quelque chose de correct malgré l'effet du mur.
Mais tout ceci est un "joli baratin" pour ceux qui croient avec naïveté que la "courbe de réponse" DIT TOUT.

"ON NE NOUS DIT pas TOUT"!!!! (c'est pas de moi, c'est de ANNE ROUMANOFF !!!)
Pour reproduire correctement les impulsions, il faut aussi compter sur la courbe de phase acoustique et sur l'absence de perturbations graves apportées par les "réflexions primaires" du son sur les murs ou meubles, qui viennent doubler les impulsions musicales de façon décalée, et perturber complètement la phase du signal acoustique.
OR, en plaçant une enceinte contre un mur, on REND INÉLUCTABLE une réflexion primaire (du son) très importante contre le mur arrière, qui interviendra en plein milieu de la prise en compte par le cerveau du signal musical, puisque intervenant après l'impulsion musicale d'un temps éxactement égal au DOUBLE de la distance entre le HP et le mur (en effet le son fait l'aller-retour).
Application: si le HP est situé à 40cm du mur arrière la réflexion magnifique (pic parasite) interviendra exactement après un trajet de 80cm soit après un temps égal à 0,8m:340m/s=2,35 millisecondes !!! Pile quand il ne faut pas !

Voilà, j'espère avoir clarifié certains détails, en tout cas j'essaie de contribuer utilement , ceux qui ne me suivent pas sont les bienvenus, je ne cherche à convaincre personne: juste à m'exprimer librement en essayant d'expliquer certaines réalités.

Cordialement Jean Claude
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  jimbee le Jeu 27 Juin - 9:32

maxitonus a écrit:
Avec ou sans évent, l'effet du mur arrière est de couper en deux l'espace en réduisant l'angle solide de 2 Pi stéradian à 1 Pi stéradian, ce qui réduit la surface d'expansion sphérique de moitié et par conséquent, -en moyenne-  provoque une hausse moyenne de niveau sonore par unité de surface en doublant la puissance moyenne surfacique (+3dB)


Pour la pression / niveau sonore vs angle solide de rayonnement, ça marche comme ça :
( même si en pratique on aura un peu moins )

 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

@cagliostro : amha il manque à ta présentation du problème une dimension déterminante, la fondamentale même de la hifi :
 la prise de son, cette grande inconnue.
L'objet d'une prise de son n'est pas de reproduire ce qui serait entendu au concert mais d'en reconstruire une illusion crédible
avec ses codes esthétiques et ses contraintes techniques.


Dernière édition par jimbee le Jeu 27 Juin - 12:12, édité 2 fois

jimbee
Membre éminent
Membre éminent

Messages : 112
Date d'inscription : 05/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Jeu 27 Juin - 9:35

@Jimbee= bravo pour les dessins ! Ils valent mieux que mon long discours!!
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Mar 2 Juil - 7:38

Je trouve que le sujet initié par l'ami Cagliostro est extrêmement intéressant, et je me désole un peu que les réactions ne soient pas plus NOMBREUSES.

En effet, que faut il faire pour que nos systèmes HiFi délivent un son qui ressemble au concert ?
Que modifier pour s'approcher du but ? Quelles sont les priorités ?
Comment choisir -ENCEINTES  -AMPLIS  -SOURCES ? Suivant quels critères objectifs de choix (en plus de notre impression subjective lors d'un essai effectué ailleurs que chez nous)?
Comment mettre au point le système ainsi constitué ?
Comment adapter au mieux notre local d'écoute sans que ce soit hors de prix et sans que ça perturbe notre vie familiale ?

Ces questions sont absolument MAJEURES, et je ne sais que trop que les opinions des audiophiles (que nous sommes) sont TRÈS DIVERSES, et même souvent opposées.

C'est sans doute à cause des conflits possibles , que personne ne se lance à essayer une synthèse globale, en se limitant par prudence à "donner son expérience personnelle", mais souvent de façon limitée et centrée sur un élément de la "Chaîne HiFi"..

Certains "experts" se mettent de la partie. Je crois qu'il faut écouter les avis des experts sérieux et sans intérêt financier dans l'affaire, par exemple Francis. Par contre, beaucoup de soit-disant experts, qu'il serait plus exact de dénommer " gourous du web " , nous racontent beaucoup d'histoires pour se mettre en valeur, mais n'en savent pas plus que nous, sinon pour défendre leurs intérêts (visibles ou occultes).

Je crois qu'il faut écouter l'opinion des "audiophiles mélomanes", c'est à dire des vrais MUSICIENS ou VRAIS AMATEURS DE MUSIQUE DOUBLES DE LA PASSION POUR L'AUDIOPHILIE au sens noble. En effet ils savent bien ce qu'est le son des instruments et voix en DIRECT, et souffrent quand leur système n'est pas "fidèle" à cette réalité qu'ils côtoient souvent au concert ou lors de répétitions.

Il m'est arrivé de recevoir chez moi de nombreux musiciens, ou vrais mélomanes, et il est frappant de regarder leur expression si on passe un piano, ou un orchestre classique, ou la voix pure d'une diva, ou (pour la musique moderne) un trio de Jazz qui "swingue" ou une chanteuse dont la voix mérite le respect: en effet, on voit tout de suite, à leur expression, s'ils sont "captés" par la véracité de la reproduction, dans ce cas ils ne parlent plus mais paraissent "accrocs" car leur attention est attirée par la musique, il en est autrement si la reproduction est médiocre, ils continuent de siroter leur verre gentiment, en penchant la tête vers la musique, avec une complaisance tranquille et bienveillante pour leur hote... Sad Smile

Les systèmes HiFi sont aussi l'occasion pour certains d'exprimer leurs propres " idéaux sonores ", par exemple, les fans de Rock n' roll, tentent de reproduire l'émotion réelle et prenante des concerts de Rock 'live' qui "envoient" des chocs dans le "buffet" incroyables, des pics de volume sonore à devenir sourd (au minimum les oreilles qui sifflent) ..par contre on se fiche royalement ou presque du respect des timbres (harmoniques) et de l'absence de "sibilantes", ce n'est pas un problème prioritaire dans la re-création de l'émotion du concert (de Rock), priorité qui est: de reproduire l'émotion résultant des effets de la pression sonore assortie de l’idolâtrie pour la vedette ou le groupe, méritant qu'on ne soit pas "chiche" sur la générosité du niveau sonore et ses variations brutales.

Il en faut pour tous les goûts! La tolérance s'impose donc ! Une solution UNIQUE, pour le système de reproduction HiFi, existe t elle? (aussi bien pour les premiers, mélomanes, que pour les seconds, adeptes de la libération sonore débridée)?? Telle est une parmi les questions fondamentales initiées par ce POST!!!

Pourriez vous , tous les amis du Forum Bleu, donner votre avis personnel???

Cordialement à tous,  Jean Claude
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  tron_ic le Mar 2 Juil - 8:42

Bonjour Jean-Claude,

maxitonus a écrit:Je trouve que le sujet initié par l'ami Cagliostro est extrêmement intéressant, et je me désole un peu que les réactions ne soient pas plus NOMBREUSES.
C'est ainsi et je penser qu'il ne faut pas y donner d'importance ! Et puis une fois écrit un sujet reste et ceux qui voudront donner un avis, s'exprimer ou rebondir ici ou là pourrons le faire quand il veulent à leurs rythmes. Autrement dit, laissons du temps au temps...

maxitonus a écrit:Ces questions sont absolument MAJEURES, et je ne sais que trop que les opinions des audiophiles (que nous sommes) sont TRÈS DIVERSES, et même souvent opposées.
Avec la musique on touche à des sens, des sensations qu'on ne peut pas réduire ni même mesurer pour la quantifier et/ou la qualifier ! On est dans le subjectif et chacun de nous perçois et/ou interprète à sa façon. Essaie pour voir de demander à un panel de personnes qu'ils te décrivent les couleurs qu'ils voient, les senteurs qu'ils sentent etc.. Puis demande leurs ensuite d'essayer de les reproduire !

On se rends vite compte qu'un consensus et une sémantique pour définir ce qui serait bien ou pas est absolument impossible.

maxitonus a écrit:...dénommer " gourous du web " , nous racontent beaucoup d'histoires...
Juste pour mon info, quels sont ces gourons auquel tu penses ?

maxitonus a écrit:Une solution UNIQUE, pour le système de reproduction HiFi, existe t elle ?
Dans l'absolu il y à autant de système possibles que d'auditeurs ! Et si dans l'équation on ajoute que ces auditeurs on des goûts différents, qu'ils écoutent différemment, dans des lieux différents et avec des appareils différents. Il est donc facile et évident de conclure qu'il n'y à pas de solution unique.

L'important est de ce faire plaisir en écoutant sa musique. Bien sûr pour y parvenir on peut déployer et mettre en oeuvre toutes sortes de choses, mais au final ce qui compte le plus c'est le plaisir d'écouter son disque, son CD, son morceau...

Salutations. Tony

p.s
Cadeau ! Wink

tron_ic
tron_ic
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 577
Date d'inscription : 02/03/2019
Localisation : Switzerland

https://officina-tron-audio.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  trappeur le Mar 2 Juil - 9:08

Tron_ic a écrit:maxitonus a écrit:
...dénommer " gourous du web " , nous racontent beaucoup d'histoires...

Juste pour mon info, quels sont ces gourons auquel tu penses ?
Attention !! , ne pas confondre "gourous" et "gourons"hein , faut pas se gourer !!

A+

trappeur
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 136
Date d'inscription : 02/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Mar 2 Juil - 10:30

Bonjour Tony,
tron_ic a écrit:On est dans le subjectif...L'important est de ce faire plaisir
ton apport ci-avant est important, car il rappelle à juste titre la nécessité de tolérance ! Que je partage ! Je suis d'accord qu'il n'y a pas d'urgence à participer à ce fil, qu'il faut "laisser du "temps au temps".

Ce que j'essaie d'apporter aux échanges, ne peut que résulter de l'idée que je me fais de la reproduction sonore HiFi:

-Une bonne reproduction sonore, grâce à une chaine HiFi, relève -à mon avis-, de critères objectifs  (mesurables subjectivement, avec nos oreilles) de ressemblance au son réel "live".

- Je sais qu'une partie des audiophiles partage cet avis, mais qu'une partie reste davantage attachée à un son reproduit "qui leur fait plaisir" .. "qui leur plait", comme tu le dis !

- Je crois essentiel de respecter les DEUX catégories ci-dessus, mais j'avoue que je me sens plus apte à échanger avec la première catégorie qu'avec la seconde..

-Je m'intéresse DONC en priorité à toutes les réflexions et actions qui permettent -si possible- de rendre le son reproduit plus proche du son réel "live".

Je partage avec toi l'idée qu' "il faut se faire plaisir", et, dans mon cas, pour me faire plaisir, ma motivation naturelle est de chercher des solutions ou des améliorations permettant au SON REPRODUIT de ressembler de plus en plus.. au SON REEL LIVE.
En dehors de cette approche, je suis plutôt incapable d'intervenir avec pertinence!!! (NB: je n'ai pas dit que j'étais pertinent pour le reste Very Happy )

Concernant les gourous du web dont je parle, tu pourrais taper "HIFI AUDIO BLOGS" et dans la quantité de blogs que tu vas trouver,(plusieurs dizaines), beaucoup donnent des conseils, dont une partie intéressés commercialement, et d'autres informatifs ,dont je pense qu'il faut quelquefois se méfier.

Bien cordialement Jean Claude
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  ManuR le Mar 2 Juil - 23:01

@  Cagliostro et Maitre maxi

Super sujet et qui nous concerne tous. Ah, la résonance de la caisse claire en direct qui fait marcher les soldats, le gratté de l'archet sur les cordes du violoncelle ou la timbale de l'orchestre symphonique... je suis d'accord avec vous, c'est bien ce que nous recherchons.

Mais là je suis aussi d'accord avec Jimbee, qui à voulu nous faire entendre l’ingénieur du son avec ses moyens (tant techniques que financier)? Comment savoir si l'enregistrement que nous allons écouter est fidèle a ce qui a été joué ?

D'ailleurs sont ils capable de retranscrire ce qui est entendu en salle de concert ? Comment mesurer le couple/système pour savoir quoi corriger ? La correction de la salle, je n'en disconvient pas, devrait être le commencement de l'art mais c'est rarement simple. Cependant, il y a beaucoup de matière dans vos post et je vais prendre le temps de les lire.

Emmanuel
ManuR
ManuR
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 43
Date d'inscription : 08/03/2019
Localisation : Paris XIII

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  francis ibre le Mar 2 Juil - 23:21

Bonsoir à tous,

ManuR a écrit: ...comment savoir si l'enregistrement que nous allons écouter est fidèle a ce qui a été joué ?
Mauvaise question !

C'est pourtant l'objectif visé par la soi-disant haute fidélité... mais pour moi cet objectif est faux !
Pourquoi ? Et bien parce que "ce qui a été joué" a donné lieu à 36 000 perceptions différentes, il suffit de changer de place au concert pour s'en rendre compte...

Par conséquent "l'enregistrement que nous allons écouter" est UNE représentation possible de l'événement, UNE parmi tant d'autres !
Ce qui fait qu'on va "y croire" ou non, c'est simplement la qualité de REALISME de ce que nous allons entendre.
Et il y a des centaines de manières d'obtenir un rendu réaliste, disons plus ou moins réaliste sur tel ou tel critère...

Et c'est là que la subjectivité de chacun va orienter ses choix, en fonction des critères de réalisme qu'il classe en premier.
Pour l'un ce sera l'articulé du grave, pour l'autre l'énergie, pour un troisième le naturel des timbres...
En plus, chacun peut mettre un critère en avant sur un type de musique, mais un autre critère pour d'autres genres musicaux !

Quoi qu'il en soit, pour que l'un de ces critères soit respecté, il faut qu'on entende la source (les HP) et non la salle...
C'est en atténuant le brouhaha de la salle qu'on peut espérer commencer à voir apparaître un semblant de réalisme !

Francis

francis ibre
Membre éminent
Membre éminent

Messages : 78
Date d'inscription : 07/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  maxitonus le Mer 3 Juil - 5:46

J'approuve évidemment ce que dit Françis,..!

Mais le questionnement de Manu, il me parait représenter l'opinion de pas mal d'audiophiles, je le traduis en deux questions plus simples à comprendre:

-Est ce que ça vaut la peine d'être perfectionniste et de vouloir un système "ultra fidèle" alors que l'enregistrement est PEUT-ETRE mauvais?

-Comment, dans ces conditions, savoir quoi corriger, et notamment la salle d'écoute??

Je tente donc ,ci-après, de compléter ou développer la réponse qu'à faite Françis:

1 TOUT D'ABORD.. Je veux rendre justice a beaucoup d'ingénieurs du son exceptionnels, qui nous donnent un enregistrement MAGNIFIQUE, un résultat MEILLEUR que si nous avions été sur place..!! Exemples: parmi d'autres..Richer à Pleyel jouant Beethoven, on entend TOUT, même ses doigts sur le cavier, la pédale,et surtout une dynamique époustouflante qui fait sursauter comme si nous ayons pu être, en 1962, devant le piano à queue ouvert!! Un enregistrement de 1958, analogique sur bande, de Léonard Bernstein, jouant lui-même la Rhapsodie in blue et Un américain à Paris, percussions ahurissantes de vérité, scène somptueuse, on est "devant", la bouche bée.. et pourtant c'était il y a 61 ans!!!!.. Enregistrement d'Eddie Louiss, le plus grand organiste de Jazz de tous les temps, et son ami Michel Petrucciani notre pianiste génial et sensible, au Petit Journal Montparnasse, 1994, le Leslie est devant nous à droite, il crache son venin, la piano nous transperce.. sensationnel! Les récents CD's repressage en CD des Beatles, une foule de détails incroyables, jamais entendus du temps des LP's, une dynamique à couper le souffle et surtout on comprend les mixages qui se jouent des positions en largeur. Je pourrais en citer plein d'autres...

2 Il est EVIDENT que la 'haute fidélité' que nous recherchons, et que nous voulons toujours pousser plus loin, est une conformité la plus poussée possible, à l'enregistrement!!Sans rajouts de distorsion, sans déformations, non-linéarités, en conservant la dynamique, .."Réalisme" dit Françis.. Bon, je ne m'étends pas là dessus !!Si l'on conserve avec un soin méticuleux, toutes les subtilités enregistrées, on conserve évidemment l'émotion, car l'émotion est inscrite dans la retranscription exacte des nuances sonores, elle n'est pas un "mystère éthéré" redevable de l'enchanteur MERLIN.

3 L'enregistrement contient DEJA les informations de réverbération de la salle dans laquelle le concert a été enregistré. Que cette salle soit un lieu réel, ou un studio. Il est donc essentiel de bien le comprendre et , donc, de ne pas rajouter à ce qui "sort des HP's" divers miasmes inutiles et destructeurs, que l'on appelle: -réflections "primaires" -réflections intervenant "après" -disons approximativement après 10 millisecondes-, puis "réverbération" c'est à dire les multiples réflections qui arrivent après et se mélangent pour brouiller le son, et qui contiennent aussi de façon complexe, l'effet des "modes" de résonance divers ,voire des vibrations parasites indésirables, du local.
Comme l'a déjà rappelé Françis, le traitement du local vise à tenter de se rapprocher de la suppression virtuelle, au moins partielle, de l'effet du local sur le son émis par les "transducteurs".

Evidemment, tout ceci, je le soumets à la discussion ouverte, le but étant d'avancer, et d'en déduire QUOI FAIRE pour "rendre les audiophiles plus heureux"alien clown

Cordialement votre, JC
maxitonus
maxitonus
Membre Bleu
Membre Bleu

Messages : 630
Date d'inscription : 04/03/2019
Localisation : Cassis (13260)

Revenir en haut Aller en bas

Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi) Empty Re: Musique live Vs Retranscription musicale (Hi-Fi)

Message  jimbee le Mer 3 Juil - 8:53

maxitonus a écrit:Est ce que ça vaut la peine d'être perfectionniste et de vouloir un système "ultra fidèle" alors que l'enregistrement est PEUT-ETRE mauvais?
Oui, cela permet d'analyser des défauts de l'enregistrement, si le système ajoute ses propres colorations, comme en projection image, si le projo n'est pas calibré en contraste colorimétrie définition ect il ne pourra rendre compte des meilleures prises de vue.

Les enjeux subjectifs techniques - artistiques - fondamentaux se jouent à l'enregistrement.

"l'enregistrement que nous allons écouter" est UNE représentation possible de l'événement
L'enregistrement que nous allons écouter est LA représentation choisie, travaillée par l'équipe de création, musiciens, ingé sons....

jimbee
Membre éminent
Membre éminent

Messages : 112
Date d'inscription : 05/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum